Elena Costelian

Tchernobyl on Tour



Elena Costelian a gravé l’empreinte de la Zone - Pont-Aven
Ouest France, le mercredi 29 juin 2011

Tchernobyl, un jour. Un retour avec quelques clichés sous le bras, l’âme et le cœur transportés. Et puis de longs mois pour digérer. Quand Elena Costelian évoque ce voyage et ce passage dans la zone contaminée, son regard brille toujours. Impossible de rester insensible aux souvenirs de l’artiste, qui par une foison d’œuvres plastiques, témoigne d’une immersion choc. Aux Verrières, ateliers-résidences de Pont-Aven, Elena Costelian a pris l’atelier comme espace de représentation de la cartographie de la zone contaminée, dans le cadre de son projet, Tchernobyl on tour. L’échelle de l’atelier est donc devenue l’échelle de la Zone passée sous silence, qu’elle s’est appliquée à graver sur le sol, laissant son empreinte comme d’autres l’ont fait ici même, au temps de l’hôtel Julia, cocon des premiers artistes arrivés dans la cité. Un geste graphique qui permet aussi de visualiser l’imprécision troublante d’une zone qu’il a fallu déterminer, « Une zone administrative. Mais qui dit que de l’autre coté... » Une page de son projet tournée, Elena Costelian a repris la route. Un nouveau budget de la DRAC Alsace en poche va lui permettre de continuer son projet itinérant « Tchernobyl on tour ».

Elisabeth Faucon

Périphéries

Cartographies imaginaires